Vous êtes ici: Mes coups de coeur

Mes coups de coeur

 
ODEMER, Grégory. Gelabras: le lagopède des Pyrénées. Grégory Odemer, 2019


"Les Pyrénées ont la chance d'héberger encore trois espèces de galliformes de montagne dont l'envoûtant et énigmatique Lagopède. Inféodé aux hauts sommets, il constitue un excellent baromètre de l'évolution des milieux ouverts d'altitude auxquels les changements climatiques mais aussi anthropiques font actuellement subir de grandes mutations. Nul doute que sa pérennité dans nos montagnes sera intimement liée aux efforts que nous serons prêts à fournir pour sa préservation.
Je vous convie, au gré des saisons rythmées par ses mues, à partir à la découverte du Lagopède pyrénéen d'Ariège et de Haute-Garonne, dont les caractéristiques en font l'un des oiseaux les plus fascinants et singuliers de l'avifaune française."

 
MATIGNON, Karine Lou (Direction). Révolutions animales. Les liens qui libèrent, 2016


Ces dernière années, la science a permis de faire évoluer la perception que nous avons des animaux. Ils ne sont plus ces mécaniques d'autrefois mais sont devenus des individus sensibles. Emotion, intelligence, conscience, culture, joie, souffrance, empathie, créativité: le génie animal est partout, chez le plus petit comme chez le plus grand. La frontière entre eux et nous est devenue plus floue. Ces nouvelles considérations constituent un tournant majeur car elle nous conduisent à envisager d'autres rapports avec eux. Ainsi se pose la question de leurs droits. Hier, jugée anecdotique, cette sollicitude pour les animaux, induite par la connaissance, est désormais une question sociétale et elle s'impose sur la scène économique et politique mondiale. Elle augure d'autres manières de vivre ensemble. C'est une évolution qui, de l'avis de beaucoup, représente un progrès moral pour l'humanité. Quelles ont été les étapes de cette mutation? Que nous disent les experts à propos des compétences des animaux? A quoi tout cela va-t-il nous engager?
Voilà vignt ans que Karine Lou Matignon aborde la relation entre l'homme et l'animal dans ses livres et ses enquêtes. Pour raconter ces révolutions animales, elle a fait appel à des esprits brillants et passionnés venant du monde entier afin que leurs travaux et leurs témoignages éclairent ce qui forme désormais un mouvement international et générationnel. Des photographes exceptionnels ont accepté de se joindre à ce collectif, portés par le même enthousiasme de montrer que les animaux sont, pour la plupart, des êtres autonomes et donc, par définition, des personnes, non humaines, avec qui il faut désormais compter.

 
CAUBET, Gérard. Etonnantes Pyrénées. Rando éditions, 2017


Inscrit sous le signe de la passion et de la curiosité, cet ouvrage brosse un portrait composite de la cordillère pyrénéenne, évoquant des pans assez méconnus de l'histoire, constatant la grande variété des territoires, des paysages et des coutumes. Agrémenté de superbes photos, le discours tenu revendique sa subjectivité et ses amours mosaïques; du Canigou aux forêts du Vicdessos en passant par les arres d'Anie et les églises mozarabes du Serrablo.

 
FOURES, Jean-Louis. Papillons des Pyrénées T2. La Cassignole, 2018


Jean-Louis Fourès est berger, montagnard, naturaliste, photographe et poète. C'est dire qu'il ne correspond pas vraiment au portrait-robot de l'entomologiste scientifique, ce qui apporte beaucoup de fraîcheur dans la forme de son texte sans en altérer la grande qualité scientifique.
Le premier tome des Papillons des Pyrénées traitant des papilionidés et des nymphalidés nous avait ravis. Le second tome, dans la même lignée, termine l'inventaire avec les piéridés, les lycénidés et les hespéridés.
Plus qu'un guide, cet ouvrage est un compagnon de randonnée à la fois recueil de notes de terrain et carnet d'observations photographiques. Il faut aimer les papillons et les Pyrénées, et il incite aux balades dans la nature, appareil-photo en bandoulière et curiosité en éveil pour s'immerger dans ces fascinants milieux montagnards.
Inutile d'être entomologiste pour en apprécier toute la saveur, il suffit d'être curieux de nature, d'aimer la marche et le grand air.